Aube market :L’est éclair du 9 oct 2012

Posted on 13 novembre 2013 by admin

Aube market tremplin numérique pour les PME

Extrait du journal  l’Est éclair du 9 octbre 2012

eco-p5 aube market.jpg

Le président Christian Aubertin entouré de Patrick Baillot, animateur, et Rony Celeste, le consultant du réseau AUBE- Club d’échanges mais aussi portail numérique : une trentaine de PME utilisent déjà le réseau Aube Market lancé par l’Acerba

Lancé début 2011 par l’Association des chefs d’entreprise de la région de Bar-sur-Aube (l’Acerba), le portail Aube Market s’est vite étendu à l’ensemble du département. Ce réseau est à la fois un portail sur internet et un club d’échanges et d’expérimentation. « Notre ambition, explique le président de l’Acerba Christian Aubertin, n’est pas de concurrencer les grands sites de vente. Notre idée, dès le départ, c’était de développer du circuit court entre clients et producteurs, et de permettre à toutes les entreprises d’accéder à l’économie numérique. »

Christian Aubertin est d’autant plus convaincu des bienfaits de l’économie numérique qu’il a lui-même fortement développé la fréquentation de son hôtel-golf de la forêt d’Orient grâce au web. « Pour développer des services plus importants, j’ai même embauché un webmaster à temps complet. »

« Comme un club d’utilisateurs » 

« L’idée » d’Aube Market est en tout cas en bonne voie : une trentaine d’entreprises adhérentes au réseau y trouvent déjà leur compte. « On trouve à travers l’association ce qu’on ne trouve pas dans une entreprise web. On a des échanges et un service différent. On fonctionne comme un club d’utilisateurs. Les chefs d’entreprises partagent leurs expériences », souligne l’animateur du réseau, Patrick Baillot.

« On désacralise l’outil internet » 

Aube Market va même plus loin grâce à ses « web-étudiants » de l’IUT de Troyes et grâce à son consultant, Rony Celeste : « Il est important de définir son offre pour mieux définir ses objectifs sur internet. La fracture numérique, elle est là : entre ceux qui savent utiliser internet et ceux qui ne savent pas. Les chefs d’entreprise apprennent ce qui se cache derrière internet : comment être bien référencé, comment actualiser et entretenir un site web, comment analyser les statistiques sur ses connexions pour optimiser son site. »

« Souvent, on n’ose pas franchir le pas. Avec Aube Market, on désacralise l’outil internet. Depuis que le site existe, on a vendu 95 % de nos réservations de groupes grâce au site web », expliquent Françoise et Michel Collot, qui ont lancé l’an passé un bateau-croisière sur le lac d’Orient. Yvette Robert qui dirige l’une des dernières sociétés d’intérim indépendantes (Aube Intérim) a décidé elle aussi de sauter le pas en rénovant complètement son site web.

Quant à Patrick Baillot, l’animateur du réseau, il montre l’exemple : il a décidé de créer un site web dédié pour « vendre » la salle Haute Qualité environnementale de la commune de Faux-Villacerf dont il est maire.

« On avait déjà un site mais on ne s’en occupait pas trop. On l’a refait, et aujourd’hui, on est en progrès », constate Jacky Veber, qui dirige à Bréviandes une société spécialisée dans les énergies renouvelables. François Limare, expert-comptable et commissaire aux comptes, envisage, lui aussi, de créer un site internet « pour se faire connaître ».

Beaucoup plus qu’un site vitrine, le site du transporteur-logisticien Gamba-Rota génère, lui, directement du business : « 60 % du chiffre d’affaires passe par le web. On a fait par exemple le déménagement complet d’une usine clés-en-mains de Nancy jusqu’au Brésil. Cela représentait 50 containers. Le relationnel est toujours crucial mais l’outil internet permet de cibler des clients inhabituels, et cela coûte beaucoup moins cher que d’embaucher un commercial », explique Jean Rota.

Inséré depuis <http://www.lest-eclair.fr/article/industrie/aube-market-tremplin-numerique-pour-les-pme

Laisser un commentaire